CYCLE DE FORMATION GESTION DES CONFLITS ET MEDIATION

CYCLE DE FORMATION

OBJECTIFS
Les conflits font partie de la vie quotidienne. Non traités ou mal gérés, ils peuvent conduire à la désorganisation, la rupture, la vengeance, la violence… Se former à la gestion des conflits et à la médiation développe les capacités de la personne à prendre en compte toutes les dimensions du conflit et de la relation (juridique, économique, psychologique, émotionnelle, socioculturelle…).
Ce cycle de formation est d’une durée de 120 heures. Il privilégie la méthode interactive en alternant théorie et pratique (observation, analyse, intervention…). Les cours dispensés visent un double objectif :

permettre à chacun de faire face à la gestion de conflits. Il s’agit d’aider les personnes en situation de différends dans leurs activités videos porno professionnelles ou associatives, dans leurs rapports avec les autorités publiques ou dans leur vie personnelle, à trouver les moyens de gérer ces conflits. Cette formation est donc proposée à tout individu souhaitant développer une activité de médiation ou une relation d’interface quel que soit le secteur concerné,
inculquer les connaissances nécessaires pour intervenir comme médiateur. Cette formation met l’accent sur les différentes formes de médiations qui existent en France dans des champs divers et incite chacun à s’entraîner au rôle de médiateur à partir de situations réelles prises dans différents domaines (travail, entreprise, administration, famille, voisinage, école…).
A l’issue de la formation, les candidats seront capables de :

conduire des projets innovants en sachant communiquer, négocier et gérer des conflits ou des logiques d’action différentes,
faire émerger, analyser et résoudre des problèmes,
associer des partenaires dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation d’un projet, suivant une méthodologie précise.
Le but est que chaque candidat soit capable de sélectionner, parmi les concepts et les outils acquis, les plus pertinents au regard de la spécificité des situations qu’il rencontre et des conflits auxquels il est confronté.

Présentation

Présentation

Informations relatives au M1-M2 Affaires Asiatiques à la rentrée 2005-2006 :
L’année universitaire 2005-2006 est une année de transition entre l’ancienne formule du DESS Affaires Asiatiques et l’actuel master professionnel spécialité Affaires Asiatiques.
La réforme ne signifiant pas que ce qui était un DESS en 2 ans soit devenu un master en un an, il est donc impossible de candidater directement en M2 (master professionnel spécialité Affaires asiatiques) sans avoir effectué l’année de M1 mention science politique.
Attention : problème de transition :
A la rentrée 2004-2005, une dernière promotion a été recrutée selon les modalités de l’ex-DESS (donc pour les deux années) et la réforme ayant été porno confirmée, elle a été transposée dans le master. Ce qui signifie que la promotion de M2 pour l’année universitaire 2005-2006 est dores et déjà complète et qu’il n’y a pas de sélection organisée pour l’entrée en M2 pour cette année.

Peuvent candidater :

les étudiants du M1 mention science politique, cohabilité entre l’Université Lumière Lyon 2 et l’IEP de Lyon, qui ont suivi les cours de spécialité « Asie » aussi bien au 1er semestre qu’au 2ème et qui à défaut d’un diplôme national attestant de leur niveau, sont inscrits en parallèle au module de langue chinoise ou japonaise proposé en formation continue à l’IEP de Lyon ;
les étudiants ayant une maîtrise ou un M1 d’une discipline des sciences sociales (économie, gestion, LEA affaires et commerce, droit, science politique…) ou d’une discipline scientifique ainsi que les diplômés d’IEP, d’écoles de commerce ou d’ingénieur qui satisfont aux pré-requis mentionnés ci-avant ;
les personnes ayant une expérience professionnelle de plusieurs années, satisfaisant aux pré-requis mentionnés ci-avant, et qui souhaitent par la formation continue se spécialiser sur l’Asie ;
les personnes (étudiants ou formation continue), ayant une maîtrise ou un M1 d’une des disciplines citées ci-avant et qui suivent le Diplôme d’Université « Monde Extrême Oriental Contemporain » (DUMEOC) à l’IEP de Lyon.

La sélection des candidats a impérativement lieu en mars/avril sur dossier (retrait des dossiers en février) puis test et auditions.
L’inscription est confirmée après obtention du M1 mention science politique de l’Université Lumière Lyon 2, ou du diplôme équivalent pour les extérieurs.

N.B. : Les personnes qui souhaitent candidater au master professionnel Affaires Asiatiques mais qui n’ont pas commencé l’apprentissage du chinois ou du japonais, ou qui n’ont pas acquis les indispensables connaissances générales sur l’Asie (cf. pré-requis incontournables) doivent impérativement s’inscrire d’abord dans le M1 mention science politique, Lyon2/IEP (anciennement 1ère année du DESS Affaires Asiatiques) avant de prétendre intégrer le M2 correspondant.
Pour toute information sur les modalités de candidature et d’inscription, consultez le site de la Faculté de Droit et Science Politique de l’Université Lumière Lyon 2 (M1) ou celui de l’IEP de Lyon (M2) à partir de janvier-février.

Master professionnel,

spécialité “Affaires asiatiques” (anciennement DESS Affaires Asiatiques) Le programme de master professionnel, spécialité “Affaires asiatiques” prend la suite du DESS Affaires Asiatiques. Il est placé conjointement sous la responsabilité de l’IEP de Lyon et de l’Institut d’Asie Orientale. Les enseignements ont lieu à l’IEP de Lyon. Le master professionnel Spécialité Affaires asiatiques a pour mission de former des professionnels capables : d’aborder efficacement la société asiatique
de développer et de conduire des projets au Japon, en Chine, et en Asie pour le compte d’entreprises, d’organismes nationaux ou régionaux
de suivre les évolutions des marchés des pays concernés, marchés des produits, des services et des technologies.
Au delà d’une formation générale sur l’Asie, il offre le choix entre deux spécialisations : Chine ou Japon, en association avec la langue étudiée.

Les Stages à l’IEP de Rennes

Les Stages à l’IEP de Rennes

Les stages sont un excellent tremplin pour l’insertion professionnelle. Ils sont non seulement une première approche du milieu professionnel, mais aussi une bonne manière de vérifier un projet professionnel.

L’IEP de Rennes a inclus l’obligation de stage dans sa formation depuis sa création et la pratique des stages participe de la qualité de la formation Sciences Po.

Il existe quatre types de stages conventionnés par l’IEP de Rennes :

Le stage obligatoire, évalué en quatrième année, s’effectue à la fin de la troisième année d’études, dite « Année à l’étranger ». Il est obligatoire pour tous les élèves. D’une durée minimale de six semaines, il peut se faire en France ou à l’étranger, dans le secteur public, privé ou associatif.

Le stage d’apprentissage est une des deux formules de l’« Année à l’étranger ». D’une durée minimale de six mois, obligatoirement à l’étranger, il valide la troisième année. Le qualitatif d’apprentissage atteste du rôle formateur de ce stage qui ne doit en aucun cas être considéré comme un emploi temporaire. Ce stage peut s’effectuer dans le secteur public, privé ou associatif ou dans les représentations de la France à l’étranger (Ambassade, Consulat, Instituts culturels, Missions économiques). Les étudiants qui optent pour cette formule sont encadrés et soutenus dans leur démarche par la responsable des stages. Néanmoins, ils doivent faire preuve d’une grande autonomie tant dans leur recherche de stages que dans leur expérience d’expatriation.

Le stage conseillé est effectué par les élèves sur leur propre initiative. Il peut avoir lieu tout au long du cursus à l’IEP, hors période de cours. Ce stage peut, en première année être un stage de découverte d’un secteur ou d’un métier, il sera en fin de cursus un tremplin pour faciliter la recherche d’emploi.

Le stage de Master est obligatoire dans les masters professionnels que propose l’IEP de Rennes et conseillé dans les masters de recherche.

L’IEP de Rennes est doté d’un lieu appelé Espace Avenir qui comprend le Service des Relations Internationales et le Service Stages-Emploi. Ce dernier offre un espace de documentation et un service d’aide et d’accompagnement à la recherche de stage. Les offres de stage, nombreuses et mises à jour régulièrement, sont à la disposition des élèves. L’accompagnement dans la recherche de stage et le suivi des stages sont assurés par le personnel du service Stages-Emploi. Une attention particulière est portée aux élèves en stage d’apprentissage à l’étranger.

Le service Stages-Emploi est aussi un lieu d’aide au choix d’orientation et d’élaboration d’un projet professionnel. Il est doté d’un grand nombre d’informations non seulement sur la poursuite des études en université ou en école, mais aussi sur les métiers, les fonctions, les secteurs d’activités. L’emploi y tient une large place. Des entretiens individuels avec la responsable des stages permettent d’obtenir des conseils et/ou une aide précise tant pour effectuer un choix de stage, constituer un dossier d’admission en 5ème année, que pour rédiger un CV, une lettre de motivation ou se préparer à un entretien.

Enfin, un suivi des diplômés est assuré par le personnel du service Stages-Emploi et la responsable des stages reçoit sur RDV les jeunes diplômés en recherche d’emploi afin de les aider dans leurs premières démarches et les orienter vers les structures adéquates.

La recherche, un élément structurant de l’Institut.
Si les IEP peuvent se définir comme « Grande école dans l’université », c’est qu’ils cumulent les forces de ces deux institutions. Coté « Grande école » il s’agit de la sélection, d’un encadrement dense, d’un confort de travail, de réseaux d’anciens et de partenaires. Mais des forces de l’université, les IEP empruntent l’exigence scientifique et la dimension recherche.

Tel est le cas à Rennes où la force de frappe scientifique de l’Institut est avant tout constituée par le Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE-CNRS ) dont l’IEP accueille l’essentiel des chercheurs et plusieurs universitaires. Il s’agit d’une des équipes de science politique françaises les plus reconnues, présente dans les réseaux internationaux, de nombreux comités de rédaction.

Les thématiques du CRAPE portent sur l’européanisation des politiques publiques, la gouvernance, les politiques sanitaires et sociales, les médias et l’espace public, les mobilisations et les problématiques identitaires.

Mais la recherche dans nos murs est aussi le fait d’économistes qui travaillent sur les médias et l’économie du développement, de juristes, d’historiens, de gestionnaires, de spécialistes des mondes Américains. L’IEP est ainsi lié à l’institut des Amériques animé par nos voisins de Rennes 2. Il est membre de l’European Consortium for Political Research dont il accueillera les joint sessions en 2008. _
Quel est l’intéret de cette dimension recherche ?

Avant tout de contribuer à l’avancement des connaissances et par là de produire plus d’intelligibilité sur le monde social dans lequel nous vivons. Et cette visée a aussi des retombées pratiques : comprendre le monde, substituer la connaissance aux faux problèmes et explications simplistes, c’est permettre aux citoyens et aux décideurs de jouer utilement de leurs marges d’action.

La recherche irrigue aussi l’enseignement. Une équipe pédagogique liée à la recherche propose aux étudiants des savoirs vifs, actualisés, nourris d’enquêtes et non le ressassement des manuels. Elle apporte un gain de densité aux cours. Elle permet de transmettre des habitudes exigeantes et fécondes de réflexion et d’analyse via les « séminaires ».

La recherche est la condition d’une offre de formation complète, englobant le doctorat. Si ce diplôme assure la formation des professionnels de la recherche, on oublie trop souvent qu’il peut aussi être l’échelon suprême de formation (D Doctorat dans le LMD) pour des analystes, des consultants, des chargés de mission de prospective et de recherche dans des administrations et des entreprises.

Parce qu’elle est aujourd’hui européanisée et internationalisée, la recherche stimule le développement de nos réseaux internationaux, facilite l’identification des meilleurs partenaires, permet d’accueillir des universitaires étrangers.

La recherche est enfin la condition d’un rayonnement au-delà de l’Hexagone. La visibilité d’une institution universitaire dans un monde académique globalisé ne vient pas du modernisme de ses bâtiments ou même de la palette des enseignements offerts. Elle découle avant tout de la reconnaissance scientifique internationale donnée à ses enseignants-chercheurs, des colloques qu’elle accueille, d’une production en forme de livres, d’articles dans les revues scientifiques, et singulièrement les revues anglophones.

L’Università Montesquieu-Bordeaux IV

L’Università Montesquieu-Bordeaux IV è l’erede dell’antica Facoltà di Diritto e di Scienze Economiche, le cui origini risalgono al XV° secolo. Essa comprende una serie d’istituti la cui reputazione è già solidamente affermata in une serie di campi scientifici : diritto, scienze politiche, economia e gestione.

L’insegnamento è strutturato in 6 UFR di diritto, d’economia e gestione, e d’amministrazione economica e sociale (AES), ai quali s’aggiungono un’istituto regionale d’amministrazione aziendale e due istituti universitari di tecnologia (IUT). Ricordiamo inoltre i suoi legami diretti con l’istituto per gli studi politici di Bordeaux.
L’Università conta 13 500 studenti, un personale effettivo di 320 fra ricercatori e insegnanti, e più di 300 membri parauniversitari.
Ogni anno, sono rilasciati all’incirca 4100 diplomi nell’insieme delle sedi di Bordeaux e nelle sedi decentrate di Périgueux e Agen.

Oramai affermato, il suo potenziale nella ricerca si può misurare in cifre : 3 scuole dottorali (diritto, scienze economiche e della gestione, scienze politiche), 16 DEA ai quali s’aggiungono 24 DESS. Le iniziative dei ricercatori sono individuali, ma possono anche svolgersi nel quadro dei 23 centri riconosciuti dal ministero ; fra questi centri di ricerca, numerosi collaborano direttamente con i grandi organismi nazionali fra cui il CNRS e la Fondazione nazionale per le scienze politiche.
Non sarebbe possibile descrivere in breve la diversità delle ricerche condotte e i risultati raggiunti ; ci limiteremo a sottolineare semplicemente che l’Università Montesquieu – Bordeaux IV, ha acquisito una notorietà incontestabile, a livello nazionale come a livello internazionale e ciò in tutti i numerosi campi in cui si distingue. Possiamo citare come esempio i campi della finanza internazionale, del diritto e delle politiche comparate e internazionali (Spagna, Africa e paesi in via di sviluppo, America, Europa centrale…) ; dello sviluppo dell’economia regionale, della gestione et dell’amministrazione locale e del territorio ; del diritto sanitario e sociale, del diritto comunitario ; della gestione aziendale e delle amministrazioni pubbliche. Questi esempi potrebbero moltiplicarsi.

Perfettamente integrata nella sua regione, aperta sul mondo, l’Università Montesquieu – Bordeaux IV, è in costante evoluzione e cerca di rinnovare le sue attività. Recentemente ha aumentato la scelta delle sue formazioni professionali. L’Università, fiera del suo ricco passato, è perfettamente equipaggiata per dispensare un’insegnamento di grande qualità e sviluppare una ricerca di alto livello scientifico.

La candidature à l’accès direct en seconde année du programme de master (anciennement DESS) est ouverte à tout/e étudiant/e titulaire d’une maîtrise (240 crédits européens) ou d’une formation jugée équivalente. Les candidatures d’étudiant/es issu/es d’un Institut d’études politiques ou d’une formation de science politique, sociologie, sciences économiques ou d’élèves-ingénieurs ayant vocation à travailler avec les collectivités publiques sont particulièrement bienvenues. Une familiarité avec les techniques quantitatives de traitement d’enquête est un atout.

Les candidatures à l’accès direct en seconde année pour l’année universitaire 2004-2005 sont ouvertes. Le dossier, est à télécharger sur la page de l’inscription par accès direct en seconde année de master ou sur le site de l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon. Il doit être renvoyé pour le 31 août 2004, dernier délai.

La liste des candidat/es admis sera mise en ligne le lundi 13 septembre et ils/elles seront avisés par un courrier adressé à leur domicile. Inscriptions Téléchargez le dossier de candidature (format pdf, version Acrobat 5.0).

Il est à retourner au secrétariat du programme de master à l’IEP de Lyon, à l’attention d’Arnaud Desmazières pour le 31 août 2004. Accès en première année du programme de master Les étudiant/es qui ne sont pas élèves de l’IEP de Lyon, titulaires d’une licence, peuvent pour leur part intégrer la première année du programme de master en science politique. Voir le programme des études et les modalités d’inscription sur les pages de science politique de l’Université Lyon-2 / FDSP.